La première fois (de Mayo) que j'ai eu la honte de ma vie

Publié le par fcrank

Je suis dans le sud et je n'ai qu'un accès très limité à Internet... Heureusement, j'ai des hontes en attente, ce qui me permet d'alimenter un tant soit peu mon blog ! Alors aujourd'hui, voici une grosse honte envoyée par Mayo, lequel a deux trois blogs.

Blog_mayo

Ce n’est pas LA première fois au sens premier du terme, mais disons que c’est la plus grosse fois où j’ai eu la honte de ma vie.

J’ai effectué ma maîtrise à Barcelone en Espagne. Une ville magnifique mais grouillante de monde. Moi qui suis limite agoraphobe j’évitais soigneusement le centre-ville le samedi.

Un jour, des amis français sont venus me rendre visite pour le weekend. Dès le samedi matin on se tape la visite de la ville, et donc du centre ville. On s’attarde sur la place principale, la place Catalunya, qui est le centre-névralgique de la ville : grands magasins, croisement des métros, des trains, des bus. Il pleuviotait ce jour là.

Après en avoir fait le tour, et sentant mon énervement et mon taux de malaise qui culminait, je propose à mes amis de traverser une dernière fois la place pour aller vers le port. Je les presse un peu « bon allez on a 40 000 choses à voir et j’en peux plus de ce monde » (oui je suis un peu dictateur sur les bords) et nous nous dirigeons à une allure assez rapide vers le métro.

Et arrivé au trottoir, voila-ti-pas que je me mets à déraper sur une plaque d’égout humide, je tente désespérément d’éviter la chute, et dans mon effort de redressement je lance mes bras en arrière et je sens comme un obstacle…ma main droite est allé directement se loger dans le nez d’une pauvre femme qui circulait à côté de moi….le choc est vraiment important…

Donc déjà première honte : « Oh, je suis vraiment désolé, pardon pardon ».

La femme : « Non il n’y a pas de problème », et là je m’aperçois qu’elle saigne du nez, je prévois assez mesquinement de ne pas lui dire qu’elle saigne, mais elle s’en aperçoit après s’être tripoté le nez et observé ses doigts rougis par quelques gouttes de sang.

Je m’attends à une réprimande de sa part, et je crois que j’aurais préféré d’ailleurs, car la voila qui s’évanouit en pleine place touristique barcelonaise !…deuxième honte…

Mais le pire arrive : un petit cercle se forme autour de nous, et quelqu’un se met à faire « Mais vous l’avez frappé !!! » et moi qui gueule « Mais enfin bien sûr que non », je n’ai pas du suffisamment faire le mec outragé par la remarque parce qu’un murmure parcourt l’assistance en me dévisageant des pieds à la tête. Troisième honte…

La délivrance arriva enfin : la femme se remet de son étourdissement, et est de suite questionné par une foule prête à me lyncher, et confirme en deux mots que c’est un accident.

Me voila réhabilité et je toise la foule d’un air supérieur…

Sauf que dans tous bons films il y a un retournement de situation : quelqu’un dans la « foule » (une quinzaine de personne quand même) se met à crier « Si ça se trouve il la bat et elle ne veut pas le dire, c’est le truc classique de dire que c’est en tombant qu’on s’est fait ça ».

Et la foule d’approuver par des grognements et des regards noirs en ma direction…j’ai senti ce qu’ont du ressentir les sorcières accusés de sorcellerie à l’époque…Quatrième honte…

Le dénouement pour moi a été la fille qui a trouvé la force de feindre de se mettre en colère : « Foutez moi le camp, il ne l’a pas fait exprès, occupez-vous de vos affaires et DE-GUER-PIS-SEZ »

La foule s’est donc dispersée en maugréant et j’ai payé un café à la fille qui a heureusement retrouvé des couleurs dans le Starbucks de la place…

Happy End

Commenter cet article

MarcelD 22/08/2007 17:05

Tu l'as échappé belle dis donc !! clap clap clap !