La première fois que je body-pumpe

Publié le par fcrank

Je me suis découvert plein de nouveaux muscles dans les bras, les pecs, les fesses, le haut des cuisses, et puis là, juste sous les clavicules, j'aurais jamais deviné qu'ils existaient si je ne ressentais depuis deux jours une douleur intense à chaque mouvement.

Body_pump_2 J'en déduis aisément que la natation, contrairement à la réputation qui lui est faite, n'est pas un sport complet : ça ne m'a jamais développé les muscles sous les clavicules. Alors que le body-pump...

En plus le body-pump, c'est rigolo. Le cours précédent finit à peine que tous les body-pumpers se ruent dans la salle pour aller chercher leur tapis, leur barre, leurs poids et prennent place. La prof met la musique-de-daube à fond et braille dans son micro les instructions à des élèves hyper concentrés et motivés. Moi j'essayais de croiser des regards pour rigoler un peu dans la souffrance, mais que nenni, les body-pumpers sont là pour en chier, pas pour rigoler.

Bodypump Pourtant moi j'ai eu souvent envie de me bidonner, par exemple quand on se retrouve à l'unisson dans une position ridicule (une barre sur les épaules et le cul en offrande), ou quand la prof, qui fait les exercices en même temps que nous, chantonne sur la musique et d'un coup hurle "SINGLE !" (j'ai pas compris ce qu'il fallait faire à ce moment).

Il me faut admettre que, de manière générale, j'ai eu un peu de mal à tout comprendre, car ça va vite. Rien que changer les poids (on change à chaque exercice !), ça demande une certaine dextérité intellectuelle et manuelle. Je ne savais même pas dans quel sens il fallait dévisser les "papillons" et j'ai réussi à me retrouver avec des poids différents aux deux extrémités de ma barre. Heureusement que Timtamtom (qui m'a fourni l'invitation au Club Med Gym) était là pour m'aider et me gratifier de ses conseils de body-pumper expérimenté - même si niveau pecs ça ne se voit pas ;-)

05_bodypump_13_small Le cours finit par des étirements, ce qui m'a permis de montrer à tout le monde l'ampleur de mes problèmes psychomoteurs. En effet, je ne sais pas tenir en équilibre debout sur une jambe, un talon collé à la fesse et un bras à l'horizontal. Alors forcément, pour ne pas me vautrer, je sautille à cloche-pied sur plusieurs mètres, tandis que tous les body-pumpers restent immobiles, droits comme des "i". La prof m'a dit après le cours qu'en me voyant essayer de rester debout, elle avait eu le plus grand mal à conserver son sérieux (je la voyais se mordre l'intérieur des joues pour ne pas trop sourire). Elle a même cru que je le faisais exprès ! Eh oui c'est ça l'effet grande saucisse.

Alors, si vous avez envie de rigoler un peu lors de vos cours de body-pump, n'hésitez pas à me faire profiter de vos invitations au CMG !

Commenter cet article

Juju 05/10/2007 21:36

ah, le pump, qu'est-ce que je peux adorer ça !!!
Mais pour se niquer les genoux à long terme, y'a rien de mieux (malheureusement) si on en abuse !

fcrank 05/10/2007 08:31

ben voyons...

O 04/10/2007 18:46

OHOHOH, le 15e c'est très central !!!

R 04/10/2007 14:13

Enfin, si tu squattes le même pote à chaque fois, il sera logique que d'une manière ou d'une autre il y ait rétribution. Et je ne sais pas où tu habites mais l'Aquaboulevard est au fin fond du XVème, cela se mérite et souvent on est découragé.

fcrank 03/10/2007 23:30

R> je comprends pourquoi O. passe sa vie au Forest Hill...
Timtamtom> c'est ma parole contre la tienne et ici tu ne fais pas le poids ;-)
R> un invité par jour ? mais c'est top ça !