La première fois que je vais au concert de Mika

Publié le par fcrank

Mika_2 Je ne sais plus trop si je vous en ai parlé, mais jeudi soir je suis allé au concert de Mika. Avec Snooze, on est arrivé en avance (surtout moi d’ailleurs) afin d’être dans les premiers rangs de la fosse du Zénith. J’ai seulement pris cinq minutes pour aller saluer Timtamtom et son comparse, installés comme deux vieilles sur les sièges en plastique rouge près du carré VIP dans lequel ils ne distingueront par la suite que Catherine Frot et Diam’s en jogging.

Mikaphoto_2 La fosse de Mika est pleine d’adolescentes, c’est-à-dire des filles qui se tiennent par la main, qui ont une photo en noir et blanc de Raphaël comme fond d’écran de téléphone (bientôt remplacée par celle de Mika), qui mâchent du chewing-gum à la fraise en prenant un air mutino-rebelle, qui sont amoureuses du chanteur, qui crient son nom et en achètent tous les posters, qui ont mis du maquillage pour être belles en son honneur, qui lèvent le bras, l’index pointé, pendant ses chansons, et qui, en fin de concert, sentent la transpiration de pucelle.

L’avantage d’un tel public, c’est que le champ de vision est largement dégagé jusqu’à la scène, personne devant moi, Snooze compris, ne dépassant le 1m60.

Je n’ai pu m’empêcher de faire remarquer à ce dernier qu’il était la « Doyenne de la Fosse », avant de me reprendre à la vue des cheveux gris d’une vieille dame. J’ai rapidement dû corriger cette erreur : « Ah non Snooze, la vieille dame est un vieux monsieur en fait » mais je l’ai peut-être dit un peu trop fort car le monsieur en question (dans les soixante ans…) m’a regardé bizarrement.

Patapouf (que je rencontrais pour la première fois, mais je n’allais quand même pas titrer mon post sur ce point !) et Ioio nous ont rejoint,  passant honteusement devant un banc de pucelles, et la première partie du spectacle a pu débuter : Yelle.

Yelle Yelle, comment dire ? c’est nul. C’est de la musique électro-teckto-nique à (même pas) deux balles ; des paroles de chansons à la Lio mais en plus pourri encore (" Je veux te voir Dans un film pornographique En action avec ta bite") ; un physique avantageux à la Birkin jeune mais l’absence d’un Gainsbourg dans sa vie n’en est que plus criante ; elle est sapée comme un sac plastique Surcouf ; elle est raide, elle chante mal et, comble du comble vu sa production musicale, elle ne sait même pas danser la tecktonik ! Seul intérêt : le physique plutôt agréable de ses deux musiciens.

Et puis ce fut le tour de Mika. Et là : Waooooo ! un feu d’artifices ! Une entrée remarquable sur "Relax, take it easy" qui, d'office, a mis le public en transes ; l’interprétation de la quasi totalité de son album plus quelques reprises (dont Eurythmics - Snooze en a fait pipi dans sa culotte), le tout avec une énergie débordante ; des décors empreints de poésie mexicaine (c’est mon interprétation, elle vaut ce qu’elle vaut) ; des musiciens complices et au taquet ; des "Little bit of love" qui montent en puissance ; un "Love today" déchaîné ; et un final grandiose, fait de ballons, de confettis, de l’envie que ça continue encore, et de costume de crocodile descendu entre les chevilles. Lollipop ! et on remballe.Photo010

(les photos pourries sont de moi)

Ce Mika est authentiquement charmant ! il saute, bouge, danse, vibre, tourbillonne, court dans tous les sens. Ses facilités vocales laissent pantois. En plus, il n’hésite pas à lever les bras, au risque de dévoiler à ses fans la fine ligne de poils liant le pubis à son nombril… Snooze en bavait. Il parle français avec un accent aussi léger que délicieux, au service d’anglicismes non moins savoureux lorsqu’il annonce : « Maintenant, je vais introduire mon groupe ».Photo012

Si, le couteau sous la gorge, l’on me forçait à émettre des critiques sur ce concert, je chipoterais sur : 1) le son saturé pendant le premier quart d’heure, vraiment les techniciens sont des grosses quiches sur ce coup-là (d’ailleurs, même sans couteau sous la gorge ni chipotage, j’émets cette critique) ; 2) le concert est trop court, c’est frustrant, j'étais même prêt à l'entendre chanter du Joe Dassin s’il n’avait pas d’idées ; 3) les versions des chansons sont musicalement un peu trop proches de l’album à mon goût, ce dernier reproche étant largement compensé par le côté bête de scène de Mika. Je ne peux que reprendre l’expression de Nanaimo : ce mec est un soleil.

Photo013 Finalement je suis comme les adolescentes : j’ai chanté les chansons de mon idole du moment, j’ai crié « Mikaaaaaaa », j’ai levé les bras, j’ai eu l’air béat, j’ai regardé son nombril, j’ai pris des photos pourries avec mon portable, et j’ai transpiré (mais je ne sens pas la pucelle).

Merci Chondroupinou, merci Snooze. En cadeau, voici Mika torse nu (dommage qu'il soit resté couvert au Zénith - évidemment la photo n'est pas de moi - à Lille 75726mika

Commenter cet article

Zina 09/01/2008 21:02

Ouai j'y était c'etait magique...
C'est vrai que c'était trop court.Enfaite la fade pemière parti a duré longtemps et l'entre-acte encor plus longtemps.
Mais a par ca Mika est sublime sur scène comme en photo et .. Je lui ait touché la main

fandemika 22/12/2007 16:01

je suis contente qu'il ait fini torse nu

fandemika 22/12/2007 15:59

je suis contente qu'il ait fini torse nu !

justo 25/10/2007 22:43

trop fort les commentaires!!!
moi j'ai adoré le concert et pour info a Montpellier aussi il a fini torse nu!!!!!
et oui la chaleur du sud ça aide!!....

lovely pop 24/10/2007 16:03

MIKA on aime ou on n'aime pas.
Moi j'adore.