La première fois que je me débarasse aussi facilement d'un morpion

Publié le par fcrank

Il en est des morpions comme de certaines espèces : elles s'accrochent pour vous pourrir la vie.
Vous savez, ces établissements financiers qui vous harcèlent par téléphone pour vous refiler un crédit tellement avantageux ou un moyen imparable de réduire le montant de vos impôts ; ces sociétés de double-vitrage qui vous démarchent pour faire sauter toutes vos fenêtres responsables du réchauffement climatique ; ces entreprises de ramonage de cheminée ou de chaudière à gaz dont les représentants n'hésitent pas à mettre le pied en travers de votre porte pour rentrer chez vous. Et puis, parmi ce spam matérialisé, on trouve inévitablement les sondeurs.

C'est ce dernier type de parasite que je viens de terrasser avec une facilité déconcertante, il y a quelques minutes à peine :

Samedi matin, 11 h. Je dors, comme il se doit un samedi à l'aube.

DING DONG (ma sonnette fait authentiquement ce bruit)

Je me lève, encore endormi. J'ouvre la porte en même temps qu'un œil et me retrouve en face d'un gnôme quinquagénaire et chauve :

- Oui ?, demandé-je en oubliant d'être aimable.
- Oh je vous réveille ? Je suis désolé, répond-il.

Cet homme a le mérite d'être perspicace : je lui ouvre en caleçon, les cheveux en tous sens, une marque d'oreiller sur la joue, le regard vide, la mâchoire inférieure en avant, bref une belle tête de winner, et il parvient à deviner qu'il m'a tiré du sommeil, chapeau bas je dis.

- Bonjour, Institut de sondages IFOP, surenchérit-il sans se démonter.
- Grphmffff NON ! parviens-je à articuler après m'être pris l'image de Laurence Parisot en pleine face - et au réveil il n'y a rien de pire, sauf pour achever de mettre un terme à une demi érection matinale dont je n'avais même pas conscience.
- Très bien je comprends, au revoir Monsieur.

HEIN ?? quoi ??? c'est tout ?? il n'insiste pas plus ? Il ne me dit pas que "ça ne prendra que quelques instants". Il ne me demande pas s'il pourra "repasser plus tard" ou "à quel moment je serais disponible pour répondre à ses questions" ? Suis-je tombé sur le seul morpion qui ne s'accroche pas ?

En fait, je crois que je lui ai fait peur. Et si c'était LA technique à adopter pour ne plus se faire emmerder par les morpions ? (enfin, pour les vrais morpions, préférez le Spraypax, tout de même).

La prochaine fois que je me fais accoster place de la République par un militant Greenpeace qui me demande de parrainer une fougère en Birmanie, c'est décidé : je prends un air psychopathe !Laurence_parisot

Commenter cet article

Chondre 03/04/2008 17:10

Et un bon "me touche pas, tu me salis"...

Ari 29/03/2008 00:08

Et pourtant, dur métier que celui des sondeurs (j'en ai fait l'expérience durant mes études)... Cela dit, je comprends aussi ta réaction et joli technique de déroute :-)))

cacou 26/03/2008 00:54

Peut-être n'as tu pas eu conscience de ton regard de tueur lorsque tu as prononcé le : Grphmffff NON ! Ou bien... peut être que ce Grphmffff NON ! laissait échapper... qu'avais tu mangé la veille ? JE PLAI SAN TE c'est sûr, cela venait de ton regard...

Kitt67 24/03/2008 17:32

C'est ta demie érection qui l'a fait fuir, il a eu peur que tu lui propose d'entrer :D

MarcelD 23/03/2008 19:51

C'est vrai qu'elle fout les chocoques, la Parisot!